Articles Tagués ‘Centre-Midi’

Puits Y dit Yvon Morandat Gardanne (13)

Publié: 6 mars 2016 par mines2memoire dans Accueil, Photos
Tags:,

Puits de service, d’aérage et d’exhaure de la concession de Gardanne (C4). Fonçage entre 1981 et 1983 par HBCM (1109 m ; section de 78 m2, diamètre utile de 10 m). Mise en service en 1987. Arrêt des travaux en 2003.

Les puits Y Yvon Morandat et Z de Cativel sont foncés dans le cadre du Grand Ensemble minier de Provence de 1980. L’avant puits est foncé à partir du 11 mai 1981 (de 4 à 45 m) et le puits lui même (de 45 à 1109 m) entre le 28 octobre 1981 et le 23 décembre 1983. Le puits Y est mis en service en 1987 et comporte une recette à -825 m. Les installations du carreau, d’une grande homogénéité, couvre une superficie de 10 ha. La tour qui date de 1984 est la dernière de ce type construite en France. Le choix d’une tour d’extraction, peu courant à cette date, est lié au diamètre très important qui permet le transport de matériel sans démontage préalable.

Après l’arrêt des travaux en 2003, le carreau a été transformé en pôle d’activité. La tour d’extraction haute de 52 m n’a pas été démolie.

Extrait de : L’EXPLOITATION DANS LE BASSIN MINIER DE PROVENCE QUARTIERS PUITS ET GALERIES Travaux de l’Observatoire Hommes-Milieux du Bassin Minier de Provence Jacques AUTRAN Thierry LOCHARD Raymond MONTEAU https://www.ohm-provence.org/IMG/pdf/tohm_quartiers_puits_web.pdf

 


Publicités

Cinquante photos prises lors de la visite commentée du musée et de la galerie reconstituée.

Pour en savoir plus, consultez le site du musée ICI


« Entre le visible et l’invisible, la photo cherche les limites de la mémoire »

Médiathèque de Gardanne

Les Douches Puits Gérard Mimet locaux de la Cie KaRNaVIrES

Pôle Historique Minier Gréasque

Les 16 panneaux de l’installation

« Photographier l’invisible»

– photo par Gilbert Ceccaldi, http://asso-reev.net/dixansdehors/

– interpétation graphique : Jo, http://kazajo.fr

Bauxite du Var, Mine de Combecave, Cabasse

Publié: 23 mai 2012 par mines2memoire dans Accueil, Photos
Tags:,

Pour en savoir plus sur les mines de bauxite du var, cliquez ICI ou visionnez cette Archive INA

Simiane, Biver, Trets, Fuveau, 27 octobre 2011

Publié: 27 octobre 2011 par mines2memoire dans Accueil, Photos
Tags:,

Mines de Salsigne-Villanière

Publié: 15 septembre 2011 par mines2memoire dans Accueil, Mémoire des mines, Sites documentaires
Tags:,

Salsigne est un petit village Audois, situé au pied de la Montagne Noire, à quelques kilomètres au nord de Carcassonne.

Le secteur minier de Salsigne dont la fermeture est prévue en 2004, possède les plus importantes mines d’or de France et d’Europe de l’Ouest. Le secteur a produit plus de 110 tonnes d’or, 30 tonnes seraient en réserve. Les rendements ont souvent atteint plus de 2 tonnes d’or coulés par an.

Les mines de la montagne noire sont fréquentées depuis la préhistoire pour les minéraux puis pour le cuivre. Le fer y a été exploité intensément sous l’antiquité et au moyen âge, mais ce n’est qu’en 1892 que Marius Esparseil qui avait obtenu concession découvre l’or en faisant analyser le minerai pour en connaître la teneur en fer. Ce n’est qu’à partir de 1910 que la mine sera exploitée pour or, après construction d’une unité de traitement. Jusque là, le mispickel, exploité pour l’arsenic était traité en Angleterre et l’or y était très peu ou pas valorisé.

La mine à ciel ouvert est constituée de filons de sulfures encaissés en surface dans les schistes sur plus d’un kilomètre de long, 600 m de large et 400 mètres de profondeur ; on y extrayait le minerai dit traditionnel: pyrite et arsénopyrite massives sans gangue de quartz avec pyrite > arsénopyrite. La puissance des filons varie de 10 cm à 10 mètres. Une descenderie en permettait aussi l’exploitation souterraine. Pour lire la suite cliquez ICI

HISTOCARM

Publié: 15 septembre 2011 par mines2memoire dans Accueil, Associations Mémoire-Patrimoine
Tags:,

Association Pour L'Histoire des Mines du Carmausin (Blaye, Caganc, Carmaux, Saint-Benoit)

Association pour l’histoire du
Bassin houiller Carmaux-Cagnac-les-Mines

La région de Carmaux n’a dû son expansion qu’à la présence du charbon que renferme son sous-sol et elle doit la découverte du combustible au cours d’eau  » Le Cérou « , qui traverse la partie nord et qui fit apparaître la première couche au « rocher du coteau de l’Ecuelle » (lieu de la première découverte), banc de grés, ou  » rocher molard « (terme local) renfermant plusieurs veines de charbon. pour lire le suite, cliquez ICI

La Grand Combe

Publié: 3 septembre 2011 par mines2memoire dans Accueil, Photos
Tags:,

Tout au long de son histoire, la Compagnie des mines de la Grand-Combe est prospère. C’est une entreprise commerciale de premier plan qui alimente en charbon la marine nationale et marchande, ainsi que les chemins de fer. Elle flanque ses briquettes d’une ancre de marine, qui est sa marque en Méditerranée. Son « boulet le croissant » chauffe les maisons à Marseille et dans de nombreuses villes en France. La Compagnie de la Grand’Combe a en outre porté à sa perfection le « paternalisme », une doctrine sociale fondée sur la satisfaction des besoins matériels et spirituels de la main-d’œuvre qu’elle veut s’attacher. L’ouvrier est pris en charge de la naissance à la mort . Lire la suite sur Wikipedia…

Site de la maison du mineur au puits Ricard

Cagnac, Musée de la Mine

Publié: 3 septembre 2011 par mines2memoire dans Photos
Tags:,

Consulter le site du musée: ICI

et le site d’HISTOCAM, Association pour l’histoire

du Bassin houiller Carmaux-Cagnac-les-Mines ,

© Gilbert CECCALDI

Cité Fontgrande, Saint-Benoit de Carmaux

Publié: 2 septembre 2011 par mines2memoire dans Photos, Uncategorized
Tags:,

La cité de Fontgrande. Ce village de mineurs fut créé entre 1919 et  1929 pour accueillir notamment
les nouveaux travailleurs Polonais,Italiens et Espagnols. Ces derniers remplacèrent les mineurs du Nord
de la France qui, exilés durant la Première Guerre mondiale, étaient venus travailler aux mines de Carmaux.
A l’issue de la guerre, ils  durent retourner dans leurs régions d’origine, occasionnant ainsi un manque
de main-d’œuvre aux mines de Carmaux, accentué en outre par la  mort de certains mineurs carmausins au combat.
Ainsi, la Société des Mines de Carmaux décida de faire appel à des mineurs étrangers pour  compenser ces chutes
d’effectif, et elle dut entreprendre la construction de nouveaux logements pour les héberger.
La cité de  Fontgrande est sans doute le plus luxueux de ces villages de mineurs carmausins.
D’une architecture typique des années 1920 – 1930, chaque  maison du hameau propose deux logements symétriques
et un jardinet.Fontgrande est également doté d’un groupe scolaire (1930), distingué  à l’époque pour son luxe
(grand préau, court de tennis privé destiné au directeur de l’école). (source Wikipédia)

Lire un article de la Dépêche

© Gilbert CECCALDI